L'Art du bronze français atteint son apogée au XVIIIème siècle

La spécialité de la monture en bronze s'applique au travail du cuivre et de ses alliages dans le domaine de la décoration intérieure tel que le luminaire, le mobilier, la serrurerie décorative, le statuaire, l'art liturgique, l'orfèvrerie.

Plusieurs métiers sont nécessaires à la création d'un bronze.

En premier lieu le modeleur qui dessine ou forme la pièce, qui servira au fondeur.

Le fondeur qui réalise des empreintes au sable ou des moules en élastomère de la pièce à reproduire, le tourneur qui usine les pièces rondes et pose des décors géométriques, le ciseleur qui enrichit et embellit les ouvrages en "relevant" les motifs à l'aide de ciselés, le monteur qui doit préparer l'assemblage des pièces entre elles, cacher les attaches et ajuster les fixations.

Viennent ensuite les métiers de finition pour parachever le bronze, les décorateurs sur métaux. les patines à chaud ou à froid seront réalisées par poses successives de pigments de couleur ou l'utilisation d'acides.

Le polisseur obtiendra un état de surface impeccable brillant ou mat, le doreur ou l'argenteur traiteront par électrolyse les pièces à décorer.

Le vernissage ce fera au pinceau ou au pistolet afin de garder l'aspect "naturel" du bronze ou le teinter.