Conservation restauration de céramique

A notre époque l'esprit du restaurateur de céramique est très éloigné de celui qui animait son ancêtre "le raccommodeur de porcelaine", qui était essentiellement chargé de prolonger l'usage domestique d'une pièce de céramique. Le raccommodeur circulait dans les rues et ne connaissait pas l'usage des colles modernes qui font notre quotidien. Il perçait des trous au burin de part et d'autre de la cassure pour maintenir les tessons de céramique avec des fils de métal formant des agrafes. Pour maintenir en place le métal dans l'orifice pratiqué, il le colmatait avec du mastic de vitrier. Le soin apporté à la réparation est tout relatif car il n'y avait pas jadis de réparation sans altération.

 

Au XIXème siècle les restaurateurs cherchèrent à rendre leurs restaurations invisibles mais sans attacher d'importance au respect de la vérité historique de l'objet.

 

La restauration moderne est respectueuse de la vérité originelle et se veut de moins en moins interventionniste mais avec le souci de réversibilité.