La conservation restauration des œuvres textiles

 

Elle se décline sur deux niveaux fondamentaux :

 

- la stabilisation des phénomènes d’altération avérés

 

- la prévention des altérations à venir

 

 

 

La stabilisation des phénomènes d’altération qu’ils soient d’ordre mécanique (frottement, trop forte tension…), chimique (dégradation dues au soleil, présence d’adhésif…), ou biologique (attaque de moisissures ou d’insectes) se matérialise en pratique par d’une part des opérations de nettoyage et d’autre part des interventions de consolidation. Dans les deux cas, les matériaux et les techniques employés doivent être stables chimiquement et doivent pouvoir être réversibles.

 

Le textile est assaini et ses fragilités sont renforcées.

 

 

 

On prévient les altérations à venir en choisissant les meilleures conditions de conservation possibles pour l’objet : conditions environnementales adéquates (température, ensoleillement, humidité…) et matériaux adéquats pour le stockage de l’œuvre.

 

Certaines altérations peuvent également être évitées grâce au choix de conditions d’exposition les meilleurs possibles pour l’objet : pose d’une doublure pour une tapisserie, montage sur un support pour un textile très fragile, fabrication d’un mannequin sur mesure pour un costume.

 

Le textile est mis en condition pour durer.